Δευτέρα, 1 Φεβρουαρίου 2016

Migrants. “Loi des bijoux”: “Il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark”


1/2/2016

“Le Danemark n’est pas le pays où s’installer.” Voilà, pour Bo Lidegaard, le message très simple que cherche à envoyer le gouvernement en adoptant la loi dite “des bijoux”, votée mardi 26 janvier. Cette loi implique notamment que la police confisque les biens des réfugiés arrivant au Danemark au-delà d’une valeur de 10 000 couronnes (1 300 euros), et allonge le délai pour le regroupement familial à trois ans au lieu d’un. 

Dans une tribune publiée le 29 janvier par le Financial Times, le rédacteur en chef du journal danois Politiken rappelle la tradition d’accueil et de protection des réfugiés du Danemark. Pendant la Seconde Guerre mondiale, “95 % des juifs du pays avaient été envoyés clandestinement en Suède afin d’échapper à la persécution nazie”, rappelle-t-il. Le Danemark a également été le premier Etat à ratifier la convention des Nation Unies relative au statut des réfugiés, en 1951.

Bo Lidegaard poursuit :

Le gouvernement danois affirme que l’objectif de sa loi a été mal compris. Mais il n’a pas du tout été mal compris. Au contraire, [cette loi] vise à envoyer un message – aux réfugiés dans d’autres pays européens, à l’électorat danois et au monde. Ce message a été bien reçu. Cette loi n’a aucune fonction concrète. On n’a jamais vu un réfugié arriver au Danemark avec une fortune à lui confisquer, et une telle personne ne se présentera jamais à la frontière. Non, cette loi n’est rien d’autre qu’une tentative mal conçue pour gérer l’afflux de migrants en leur faisant savoir que le Danemark n’est pas le pays où s’installer.”

Le journaliste note que le Danemark a souvent été un modèle, et que ce symbole est désormais discrédité. “La ‘loi des bijoux’ laisse penser qu’‘il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark’. Mais elle montre aussi une Union européenne qui doit encore donner une réponse crédible à la crise des réfugiés. […] Cette loi est une alerte qui rappelle jusqu’où l’Europe pourrait dériver si nous ne sommes pas capables d’affronter ce problème ensemble.”

Πηγή

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου